La pratique de la césarienne

La césarienne a lieu au bloc opératoire sous anesthésie rachidienne ou générale. Après avoir désinfecté le champ opératoire et sondé la patiente, on pratique une incision cutanée horizontale au-dessus du pubis, puis on écarte au doigt les plans sous-cutanés : aponévrotique et musculaire. Avec un bistouri, on réalise une petite incision horizontale du segment inférieur de l’utérus élargi au doigt. Enfin, on perce la poche des eaux et on sort manuellement la tête ou les fesses ou les pieds selon la position du fœtus. Après la délivrance du placenta et des membranes, on referme plan par plan les tissus avec du fil résorbable. Cette intervention bien codifiée est dite de Stark ; d’autres variantes existent. Dr Renaud – Gynécologue-Obstétricien à la maternité de Metz

Hélène

« Je m’en veux de ne pas avoir demandé s’il n’y avait pas d’autre solution que celle “précipitée” de la césarienne. Je suis convaincue que oui, et c’est peut-être cela, le plus dur ! »

Anaïs

« J’ai très mal vécu mon accouchement, car je n’y étais pas du tout préparée. Personne ne m’en avait parlé. De plus, je ne désirais pas de péridurale durant mon accouchement. Je le voulais le plus naturellement possible, donc je ne m’étais pas préparée à avoir un accouchement médicalisé. Il est d’autant plus dur de se préparer à une césarienne quand c’est fait dans l’urgence. Ils me l’ont annoncé à 15 h et à 15 h 30, j’étais au bloc… »

Sonia

« Ce que je vis vraiment mal, c’est à quel point les choses sont allées vite et se sont dégradées… Je ne peux pas m’empêcher de revivre ces dernières minutes, je n’arrive pas à passer au-dessus. Pour moi, le temps s’est arrêté au moment où nous nous sommes regardés avec mon homme, où l’on a pu souffler pendant une minute et se dire “ça y est, c’est le moment”. Je fais un blocage sur cet instant-là. Je ne comprends pas pourquoi on n’a pas attendu quelques minutes de plus. Je suis persuadée que si l’on avait attendu deux minutes de plus, son cœur serait reparti normalement et tout serait rentré dans l’ordre. Je me dis également que j’ai trop attendu chez moi avant d’y aller, que si j’y étais allée avant, la péridurale aurait pu être posée plus tôt et peut-être que mon bébé aurait mieux supporté les contractions… Je cherche des raisons sans cesse… »

You may also like

Laisser un commentaire